Dans le Canton de Genève, quelques améliorations en matière de fiscalité des entreprises ont été effectuées en 2009. L’imposition sur les distributions du bénéfice n’est pas en reste quant au changement entamé. Ce terme technique implique le versement de bénéfices ou de dividendes auprès des actionnaires ou des associés d’une société grâce aux  bénéfices. L’administration fiscale a le pouvoir de contrôler le système de distribution. En cas de non-respect de la règle y afférente, cette autorité peut également sanctionner.

De prime abord, pour un allègement de la double imposition économique, ladite réforme touche en particulier les participants ayant un taux de participation de pas moins de 10% selon le montant ou la richesse investis dans la société. Sur ce, dans le cadre de la participation à la fortune privée, le prix à payer s’élève jusqu’à 60% en matière de dividendes qu’en matière de part de bénéfices. Par contre, 50% sont demandés au cas où les participations appartiennent à la fortune commerciale.

En second lieu, 35% d’impôt fédéral est prescrit dans le circuit de distribution entre la société et les actionnaires. À noter que l’impôt en question est tiré à partir de toutes les formes de rémunération des actionnaires. Un système de remboursements complets toujours en matière d’impôt anticipé est prévu pour les résidents suisses après déclaration de leurs revenus. Mais il faut remarquer que les résidents étrangers ne bénéficient pas du même traitement, une charge définitive leur est réservée. En revanche, ils ont la possibilité de faire une demande de réduction d’impôt partiel ou total selon le cas surtout s’ils résident dans un pays conventionné. Aucune décharge d’impôt ne pourra être accordée que suite à une requête. Comme toute démarche administrative, ce processus est fixé par des procédures bien.