La tenue de la comptabilité peut être assignée à un personnel permanent à l’interne ou à un consultant externe à l’exemple d’un agent fiduciaire. Le recours à un personnel externe dépend de l’envergure des mouvements financiers, mais aussi pour assurer une nette différenciation des tâches administratives et financières. De ce fait, chaque responsable apportera plus d’attention aux deux aspects qui sont très liés et dépendants.

Pour avoir des données comptables et financières fiables, la comptabilité doit être affectée à une personne dont les compétences sont sérieusement vérifiées. Pour plus de sécurité, le recrutement du comptable devrait avoir obtenu l’approbation des membres de l’Ordre genevois de la Chambre fiduciaire. Sa prestation sera par la suite définie suivant ses compétences et qualifications.

Tarifs

À titre d’information, le recours à un agent fiduciaire se fait moyennant :

  • CHF 3.000 à 8.000 au sein d’une entreprise sans employé et,
  • CHF 4’500 à 10’000 pour une entreprise dotée de 5 membres du personnel dans une entreprise unipersonnelle ou société de personnes.

Les Sociétés Anonymes et Sociétés à responsabilité Limitée peuvent avoir recours à des agents fiduciaires moyennant :

  • CHF 4000 à 10.000 au sein d’une entreprise sans employé et,
  • CHF 5.000 à 15.000 au sein d’une société avec 5 membres du personnel.

Les prestations sont fixées par rapport à la charge de travail assignée au prestataire, des livrables demandés pendant les interventions, mais également de l’envergure de l’entreprise.

Les missions ?

Les missions les plus communément demandées à un prestataire sont souvent la tenue des comptes, le bouclement des comptes, les décomptes des charges sociales, la décompte des TVA, les tableaux de bord, les situations intermédiaires et conseils de bonne gestion comptable.

L’envergure connote le nombre d’écritures utile et nécessaire et le domaine d’intervention de l’entreprise, plus le secteur d’activité est complexe plus la prestation sera élevée.

Les pièces comptables physiques originales et en version numérique doivent rester disponibles sur 10 ans après l’écriture suivant les normes requises par l’article 962 du droit comptable.